A la lumière du genre que sont les droits des femmes devenus ?

Ouverte à tous les publics intéressés par l’actualité de la recherche scientifique dans le domaine des études sur le genre, l’académie d’été du DIU numérique vous invite à faire le point sur les droits des femmes à la veille du vingtième anniversaire de la quatrième conférence mondiale sur les femmes de Pékin.

En 1995, Les Etats ont adopté une déclaration et un programme d’action qui traitaient de 12 domaines d’action pour les femmes (pauvreté, éducation, santé, violence, conflits armés, économie, pouvoir, mécanismes de promotion, droits fondamentaux, médias, environnement, petites filles). Au cours de ces 20 années, le genre en tant que catégorie d’analyse s’est déployé dans les savoirs académiques en renforçant et renouvelant la connaissance de la géopolitique des rapports de pouvoirs entre les femmes et les hommes. Sous l’influence du mouvement social des femmes et des institutions internationales et européennes, le genre est aussi devenu un instrument de l’action politique particulièrement incarné par le « concept méthode » du gender mainstreaming.

Quelles sont les retombées de ces avancées scientifiques et politiques sur les droits des femmes en général et les engagements de Pékin en particulier ? Que nous enseignent les relations réciproques entre genre et mondialisation sur les objectifs d’égalité entre les femmes et les hommes et d’élimination de toutes les formes de discrimination ?
De la problématique « femmes et développement » à celle de « genre et développement » : quels chemins parcourus, quels progrès accomplis dans les savoirs, les politiques publiques, les stratégies d’action, les mobilisations… ? Au gré des alliances, des débats et des controverses, les études sur le genre ont-elles permis de réinventer la lutte contre la pauvreté, les violences envers les femmes et de combattre les inégalités ?

 

Annie Junter, responsable pédagogique du diplôme interuniversitaire «Études sur le genre»

Personnes connectées : 1